S'expatrier en Argentine

UN ALMANACH D'INFORMATIONS, LIENS UTILES, COMMENTAIRES, NOUVELLES ET EXPERIENCES POUR TOUT ETRANGER DESIRANT S'INSTALLER EN ARGENTINE.

Saturday, December 17, 2005

Douze jours de decouverte.

Premier séjour et premières impressions

Préalablement, nous avons prit le soin de louer un appartement, via une agence de location sur place, dans un quartier de la ville réputé « à la mode » (Palermo Holywood, pour ceux qui connaissent) et déjà, à ce niveau, on s'aperçoit de ce représente le prix d’une location à la semaine là-bas. : un loft de 52 m2 avec piscine et gymnase pour us$ 300 la semaine.

Premier choc agréable car en comparaison du prix d’un logement équivalent ici c’est sans commentaire.

Nous prenons donc notre vol d’une durée de 8h30 environ et atterrissons à Buenos Aires au petit matin. L'arrivée à l'aéroport n'a rien d'extraordinaire. Elle se passe comme dans beaucoup d'aéroports au monde.

Nous prenons un taxi pour rejoindre notre appartement où le propriétaire et la personne de l'agence de location nous attendent. Le prix du taxi est, là aussi, dérisoire : us$20 pour un trajet qui avoisine les 45mn au plus rapide et dieu sait si ils sont rapides les taxis... Je suis impatient durant le trajet de découvrir les premiers prémices de ce pays.Le premier choc n'est pas celui que j'attendais, cela ressemble, aux premiers abords, à n'importe quelle autre grande ville d'Europe de l'Ouest et plus particulièrement à Paris. La similitude est bien là, pas de dépaysement. La majorité des voitures sont de marques françaises. Pas de doute la griffe française est bien présente. Nous entrons dans la ville elle même, je suis époustouflé, je me croirais à Paris avec, il faut le dire, un peu plus de soleil et de palmiers.


Je suis vraiment agréablement surpris. Les buildings sont magnifiques. Nous passons devant des parcs qui paraissent splendides et la ville semble très animée. Nous arrivons enfin à notre appartement, super charmant, les gens de l'agence et la propriétaire sont déjà sur place et parlent anglais pour faciliter les choses, tout semble fait pour satisfaire les étrangers. Je me sens tout de suite à l'aise comme si je connaissais déjà la ville, drôle de sensation, inhabituelle quand on voyage et change de continent. Nous allons nous reposer après ce long voyage, douze jours de découverte nous attendent

Tuesday, December 13, 2005

Argentine, les prémices.

Mon intérêt pour l'Argentine ne date pas d'hier. Tout a été mûrement réfléchi depuis un bon moment. J'ai entendu parlé concrètement de l'Argentine, un peu avant la crise économique, par des personnes retraitées qui me ventaient le coût de la vie dans ce pays, la qualité de vie que l'on pouvait avoir en comparaison avec l'Europe et la qualité de l’accueil des gens qui y vivent.
A l'époque je ne comprenais pas trop l'intérêt que l'on pouvait avoir pour ce pays, car pour moi, ce n'était qu'un pays d'Amérique du Sud avec tout ce que cela peut sous-entendre : pauvreté, malpropreté, sensation de danger etc… (c'est dingue ce que l'ignorance peut nous faire imaginer). J'ai ouvert mes oreilles tout de même à tous ces commentaires, car je dois le dire, c'est une de mes qualités premières, d’être à l'écoute, et j’ai tout rangé dans un coin de mon cerveau car mon principal objectif, à cette époque, mon rêve, c'était d’aller aux USA (super exotique comme rêve....).
Plusieurs fois j'ai voulu tout de même faire le voyage car je l’avoue ma curiosité était bien présente de découvrir ce pays, malheureusement je n'ai pas eu, à cette époque, l'occasion de réaliser ce projet mais je gardais à l'esprit l’idée d’y aller faire un tour, un jour (à noter sur ma longue liste de choses à faire dans la vie …)


Finalement un peu plus tard......


j'ai concrétisé un de mes rêves (exotique), je suis allé vivre aux USA à Miami.
Entre temps la seule fois où j'ai ré-entendu parler de l'Argentine a été pendant la crise économique avec le flot des terribles images que l'on pouvait voir à la télévision. A ce moment, je me suis dit que ce pays, dont j'avais tant entendu parlé en bien, était en train de s'effondrer, sans vraiment bien comprendre ce qu’il s’y passait réellement.
Bref, quelques années plus tard me voila à Miami, démarrant un nouveau job, fier évidemment du travail accompli, à entendre parler à nouveau de l'Argentine (ici à Miami la communauté sud-américaine est vraiment très importante). La crise économique est finie, les personnes autour de moi discutent, commentent… l'Argentine refait surface. Voilà deux ans maintenant que je suis ici à Miami et mon travail me demande d'être ouvert sur les évènements qui se passent dans le monde et d’être informé des nouvelles opportunités.


Pourquoi?......


D'une part, avec mon épouse, nous sommes prêts pour explorer de nouveaux horizons et changer de pays. Deux pays nous sont en tête : le Mexique et l'Argentine. Mon épouse connaît le Mexique, qu’elle a particulièrement apprécié après y avoir fait un long séjour d'échange scolaire et l'Argentine, qui est plus mon choix pour des raisons, en premier lieu, plus professionnelles et en rapport avec mon activité.
Nous commençons nos recherches, merci internet… sur ce que peuvent offrir les deux pays en tout terme et lire les différents témoignages de personnes déjà installées. Prise de contact avec différents organismes, re-recherche et enfin bilan de nos investigations. Avec mon épouse, nous passons beaucoup temps dans la communauté argentine de Miami : restaurants (pas trouvé mieux au niveau de la viande pour les amateurs), patisserie, etc.... Je me rappelle aussi des propos entendus de personnes à Paris et de ma liste de chose à faire. Puis vient le moment où nous décidons de passer aux choses concrètes : visite du pays. La décision commune est de visiter le Mexique en premier, car plus proche de nous, et ensuite, quelques semaines plus tard, l'Argentine. On s'apprête à booker les réservations pour le Mexique quand, tout à coup, les vieux démons argentins me frappent et que nous décidons, en accord toujours avec mon épouse (restons gentleman…), d'inverser les voyages. C’est mon intuition qui me pousse à le faire.


...quelques semaines plus tard, nous voilà à l'aéroport pour embarquer direction : Buenos Aires.